• Paroles de "Satanique conversion"

    Paroles de "Satanique conversion"

    Rock’n roll suicide

     

    J’veux pas crever dans un mouroir j’préfère qu’on m’flingue sur le trottoir

    j’veux pas voter dans l’isoloir j’préfère pisser dans l’urinoir

    Rock’n roll suicide Rock’n roll suicide

     

    J’veux pas crever pour ton drapeau j’préfère ma vie dans l’caniveau

    J’suis qu’un loser, un vrai prolo je n’ai qu’ma bite et mon couteau

    Rock’n roll suicide Rock’n roll suicide

     

    J’veux bien crever dans ta prison j’veux bien mourir par pendaison

    Jj’veux bien cracher sur les matons et oublier ce monde de cons

    Rock’n roll suicide Rock’n roll suicide

     

    J’veux bien crever pour l’amour fou ne plus me battre avec les loups

    J’veux bien crever joue contre joue et ne plus vivre dans la boue

    Rock’n roll suicide Rock’n roll suicide

     

    J’veux pas crever pour Télécom prêcher ta merde à la Sorbonne

    On aime la vie quand elle est bonne ta Marseillaise a l’air d’une conne

    Rock’n roll suicide Rock’n roll suicide

     

    J’veux pas crever pour la nation pour toi et toute ta bande de cons

    J’veux pas crever pour ton pognon pour ce salaud d’Eric Besson

    Rock’n roll suicide Rock’n roll suicide

     

    J’veux bien crever pour l’sans-papier pour tous nos frères les immigrés

    Au nom de la fraternité j’dégueule sur ton identité

    Rock’n roll suicide Rock’n roll suicide

     

    J’veux bien crever en Palestine avec mes frères qu’on assassine

    Un monde pourri par le fascisme ils ont flingué Isaac Rabin

    Rock’n roll suicide Rock’n roll suicide

     

     

    Gerbe hexagonale

    Il gratte à la Française des boeufs se masturbe devant télécon

    C’est un sportif à la grosse queue trois gosses pour les allocations

    Il vote Le Pen ou bien Sarko il crache sur tout ce qui est bronzé

    C’est une grosse burne un vrai facho un supporter du PSG

     

    Etre né sous l’signe de l’hexagone c’est bien la honte en vérité

    Et le roi des cons sur son trône sa politique nous fait gerber

     

    Apprentissage aux scouts de France il sort de là c’est un cador

    Un coup la bible un coup Mein kampf Monsieur se fait des couilles en or

    Esclavagiste aux Télécom il compte les morts sur son calepin

    Madame sa femme a l’air d’une conne elle chante Sardou tous les matins

     

    Crever sous l’signe de l’hexagone c’est pas une gloire en vérité

    La République a l’air d’une conne quand elle expulse les sans-papiers

     

    Pour lui les femmes sont inférieures tout juste bonnes à faire des gosses

    Monsieur se prend pour un seigneur c’est un gros con, c’est un craignos

    A l’Elysée on vide les chiottes c’est Von Besson qu’a dégueulé

    Le p’tit Sarko s’prend pour Polpot il veut une France karcherisée

     

    S’branler sous l’signe de l’hexagone la nationale identité

    Sarkoléon sur son trône une Marseillaise pour les paumés

     

    Ils se r’produisent au mois de janvier en attendant la transhumance

    La coupe du monde à la télé et la belle-mère pour les vacances

    Ils sont racistes juste c’qu’il faut ils sont de gauche les jours fériés

    Altermondialistes, écolos putain ils doivent vraiment s’faire chier

     

    Voter sous l’signe de l’hexagone pour les guignols de la télé

    Quand l’roi des cons perdra son trône j’suis prêt à payer ma tournée

     

     

    Tête de noeud

     

    Tête de con d’vant sa télé, tête d’andouille en train d’gratter

    Tête de bite en train d’voter pour le roi des enculés

    Les fachistes à l’Elysée, ça me donne envie d’gerber

    Sarkozy et Sarkofolle, tu n’aimes pas mon rock’n roll

     

    Y’en a plus pour très longtemps, nique ta mère, nique ta maman

    Ta casquette est à l’envers et ta bite est de travers

    Joey Starr l’invertébré, c’est l’bouffon de la télé

    Gare à ton cul, gare au jaguar, R’n B et gros connards

     

    Trempe ton cul dans du goudron, ajoute des plumes, t’auras l’air con

    Fais-toi sucer par les grenouilles et n’oublie pas ta paire de couilles

    Vade retro petit Sarko, arrête de jouer les narvalos

    Ta p’tite branlette est narcissique, tu dégueules sur la République

     

    Ma gonzesse est un trav’lo, je trouve ça plus rigolo

    Que Satan me botte le cul si je branle le p’tit Jésus

    Comme le dit Laurent Fabius : Enlève ton doigt de mon anus

    Comme le dit Christine Boutin : J’ai du Jésus dans mon machin

     

    Ta souris est déglinguée, lacets blancs et croix gammées

    Les fachos et l’cassoulet ça me donne envie de péter

    Moi j’préfère mon pote Manu, celui qui vit dans la rue

    Moi j’préfère Marie-Thérèse, celle qui rit quand on l’embrasse

     

    Le bal des suicidés

    Dans tes prisons ça pue la mort justice de merde pour les paumés

    Dans tes prisons on dort encore en attendant d’être crucifié

    Dans tes prisons d’la République on tue, on viole et on torture

    En attendant l’instant critique la pendaison pour les ordures

     

    C’est ta justice qui m’fait gerber quand tu entasses la viande humaine

    Une cellule de 9m2 Pour les taulards que l’on enchaîne

    Il est pourri ton hexagone les politiques sont des ordures

    A la télé tu en fais des tonnes pour tes bobos, pour ta culture

     

    Et moi je vous crache à la gueule au nom de mes frères prisonniers

    Votre Elysée je le dégueule je pisse sur vos maisons d’arrêt

    Les droits de l’homme sont obsolètes dans cette France de nazillons

    On tire à vue sur nos squelettes c’est la patrie du roi des cons

     

    Et moi je te crache à la gueule à toi, à tous tes ministrés

    Et ta justice je la dégueule en attendant la liberté

    Avec mes frères tous les paumés on mettra l’feu à la nation

    Ce s’ra le bal des suicidés pour ceux qui s’pendent dans tes prisons

     

    Et nous on te crache à la gueule au nom des cons qui vont crever

    Ta Marseillaise on la dégueule au nom de la fraternité

    Va t’faire sucer par les banquiers en attendant tes potes fascistes

    T’es qu’une ordure, un enfoiré un sac à merde, un sarkoziste

     

    Un mec ordinaire

    Tu es un mec bien ordinaire moitié clodo, moitié gangster

    Tu couches tes rêves sur le comptoir tu bois, tu racontes ton histoire

    Tu es un mec bien ordinaire moitié cow-boy moitié bèrbère

    Tu craches ton spleen, tes idées noires une trace de coke sur ton cafard

    Quand les condés t’ont alpagué t’étais à poil sur le pavé

    Tu leur as vomi à la gueule en leur criant que tu étais seul

    Tu joues perdant dans tous les coups la guillotine pour un voyou

    Mais les flics se sont fatigués pour eux c’est l’repos du guerrier

    Ta dose devient une overdose ta vraie copine c’est sinistrose

    Tous tes amours sont vérolées tous tes copains sont des camés

    Arrête de chanter la coca sans elle tu es fait comme un rat

    Avant la scène il faut ta trace putain de blanche, putain d’sa race

     

    Social-comédie

    Antisocial, t’as perdu ton sang-froid

    Tous des moutons, les gens sont des pisse-froid

    Antisocial tu me fais rigoler

    Aux élections tu t’es bien fait niquer

    Antisocial les baisés comptez-vous

    Les politiques ce sont tous des voyous

    Antisocial ils t’ont guillotiné

    Royaume facho et ses chiens policiers

    Antisocial des années sarkozistes

    Antisocial des années de sévices

    Antisocial la milice à Besson

    Frère sans-papier, c’est la déportation

    Antisocial t’as perdu ton sang-froid

    Tu t’es vendu pour un écran plasma

    Antisocial la télé pour les cons

    Le président et sa masturbation

    Antisocial les Français sont des veaux

    Tous des cocus, génération bobo

    Antisocial l’Elysée de l’ordure

    Un enfoiré te parle d’ouverture

    Antisocial dans tes prisons d’la mort

    Justice de merde on se suicide encore

    Antisocial les flics, les CRS

    A coup d’matraque sur les pauvres en détresse

     

    Sortez vos flingues

    Allons enfants d’la République le jour des cons est arrivé

    A l’Elysée c’est satanique pour la Besson identité

    Sarko dégueule en bleu blanc rouge sur tout c’qui est fraternité

    Les flics ils tirent sur tout c’qui bouge de préférence sur l’immigré

    La France redevient pétainiste comme "au bon temps des colonies"

    Le bon Français est un raciste mais la nuit tous les chats sont gris

      

    Allons enfants d’la République sur l’ultra droite et ses salauds

    Sortez vos flingues, sortez vos triques crachons sur la gueule des fachos

     

    Delit d’faciès pour les Afghans les sans-papiers sont condamnés

    Enchaînés comme des chiens errant de désespoir ils vont crever

    Démocratie des trous de cul les fascisants sont au balcon

    A la télé on lèche les culs c’est la patrie du roi des cons

    Allons enfants des bas quartiers pour vous la vie c’est la misère

    Pour les flics vous êtes des gibiers vous vot’patrie c’est la galère

    Pendant qu’ils se bâfrent au Fouquet’s tu traînes ton corp bien abîmé

    Tous ces connards qui font la fête pendant qu’tu crèves sur le pavé

     

    Satanique conversion

    A la mémoire d’Alex

    Ce soir on s’aime jusqu’à la mort sur nos passions décomposées

    Ce soir on s’aime en corps à corps au son des rythmes syncopés

    Ce soir on s’aime jusqu’à la mort au son des guitares sataniques

    Ce soir je suis ton Vince Taylor au son des rythmes électriques

     

    Ce soir on s’aime jusqu’à la mort à poil rue des amours flinguées

    On crache la haine et puis on sort pour se finir sur le pavé

    Ce soir on s’aime jusqu’à la mort on rock’n rolle sur nos vingt ans

    Ce soir tu t’fais des couilles en or tu baises encore avec Satan

     

    Ce soir on s’aime jusqu’à la mort pendant qu’les cons jouent au loto

    On éjacule dans tous les ports on pisse sur la gueule des fachos

    Ce soir on s’aime jusqu’à la mort comme les soldats qui vont crever

    Ce soir on flingue tous nos remords y’a pas d’soleil sans l’amitié

     

    Chien errant

    Paroles et musique : Les Clébards

    Je passe mon temps à compter les instants

    Pas de travail, pas de thune, plus de meuf

    Ma vie s'enlise, mon métier c'est paumé

    Je n'suis qu'un chien errant

    De rue en rue je parcourre les fourrières

    Pour tuer l'ennui je n'ai plus que la bière

    Tout me tombe sur la tronche, j'collectionne les emmerdes

    Je n'suis qu'un chien errant

     

    Qand est-ce vraiment que tout a commencé ?

    Peut-être le jour où ma gonzesse s'est tirée

    Quand mes parents sont morts, quand Sarko est passé ?

    Je n'suis qu'un chien errant

    J'ai maté l'troupeau pour voir où vont ces veaux

    Tous ensemble et dans la même direction

    Rien de passionant, finalement ça m'fait rien

    D'être qu'un chien errant

     

    La gueule dans le rétro

    Les chiens m’attendent sur le trottoir vieux punk déguisé, dérisoire

    Parfait pour le dernier mélo j’ai peur d’ma gueule dans le rétro

    Y’a du soleil chez les paumés d’la fantaisie chez les camés

    J’retourne au tarpé, à la bière même si j’n’ai plus de partenaire

     

    Une bonne branlette me suffira tout ça bien loin d’Al Qaïda

    Je n’ai qu’ma voix de faux crooner pour partouzer tout l’univers

    J’irai graver mes initiales sur la belle pierre dominicale

    Le monument dédié aux morts silence car le soldat s’endort

     

    Quand je s’rai grand je chanterai propre je s’rai l’plus beau, je s’rai au top

    J’pisserai dans tous les bénitiers je dégueul’rai ma variété

    Ce s’ra la fête chez les babos j’l’aurai dans l’cul, j’l’aurai dans l’os

    Maquillé comme une vieille catin j’vendrai mon corps au sacristain