• Les Anges de l'Enfer

     

    Extrait des "Anges de l'Enfer" J-C Lalanne 2011

     

    Une première halte en campagne dans un bistrot de village à la sortie de Nantes. Un café, un sourire échangé. La vie c’est simple comme une envie de pisser. L’amour c’est la même chose. Larsky se perd dans les yeux de sa compagne, la terre peut s’arrêter de tourner, c’est le bonheur de l’instant. Le bonheur à pas cher, le bonheur parfait. Les bourgeois ne peuvent pas connaître cette sensation, ils ont le cœur cimenté par l’argent. Seuls les pauvres atteignent des sommets dans les sentiments, c’est un privilège unique. Les riches, qu’ils crèvent, ils nous ont assez fait chier. Les vessies sont vides, le réservoir de gazole est plein, le Trafic peut à nouveau bouffer du macadam. En arrivant à Sérignac, le couple constate la présence d’un fourgon de la gendarmerie. Larsky, inquiet, demande aux flics ce qu’il se passe. C’est rien. Chacal, l’ami du vieux chanteur, héberge un mec qui est en liberté conditionnelle, le gus en question sort de la maison, salue les flics, signe un papier et basta. Les poulets se cassent. Chacal est parti faire des courses. Larsky et Marie-Lou s’installent derrière un bol de café. Chacal déboule une heure plus tard avec assez de provisions pour un régiment de hussards. Il embrasse Larsky en lui tapotant le dos, il essuie une larme rebelle et boit un grand coup de flotte pour noyer l’émotion. Le repris de justice s’est mis au fourneaux, il s’appelle « l’anguille ». Tout le monde respire la joie et la bonne humeur. Larsky demande des nouvelles des voisins de Chacal, ceux qui habitent à 300 m dans une ancienne ferme. Chacal répond à contre-cœur. La gonzesse s’est tirée avec un autre, quand elle est revenue un mois plus tard pour prendre des affaires personnelles, le mec l’a tuée d’un coup de fusil en pleine gueule et il l’a coulée dans une dalle de béton. Les flics se sont présentés chez lui trois jours plus tard. Quand il a vu les condés, il s’est ouvert le ventre avec un couteau de boucher et il est mort. Les flics ont remis les boyaux à leur place, ils ont recousu. Ils ont radiographié la dalle de béton, ils ont trouvé la gonzesse. Voilà, c’est la fin d’une histoire d’amour. Larsky se dit que le mec n’avait pas l’air d’un tueur, la gonzesse n’était pas faite pour s’intégrer à l’histoire, du sang et des larmes, rien que du sang et des larmes.