• Le Théorème des 3 cercles

     

    Extrait du "Théorème des 3 cercles" J-C Lalanne 2010

     

    Mort aux cons.

     

    La culture est un enjeu de civilisation. C’est l’échange entre les personnes, c’est tout ce qui touche l’humain. La déviance populiste en 2010 planifie le savoir comme si il s’agissait d’une valeur marchande. La culture devient instrumentalisée. Il reste donc la culture d’État, cette chose informe que l’on nous impose. C’est une autre dérive et ce n’est pas la moindre. Cela fait parti de l’allégeance aux puissants. Les lois sont de plus en plus injustes et l’espace de liberté se réduit au fur et à mesure que le temps passe. Le châtiment que nous subissons au quotidien est-il proportionné à notre attitude ? De quel droit on nous impose des directives ? Les individus qui ne sont pas conformes, sont répertoriés comme fous ou perturbateurs de l’ordre public. Pour échapper à ces salauds qui nous gouvernent, il faut vivre en autarcie, ne dépendre que de soi, consommer le moins possible et ne pas rater une occasion de mettre leur sale gueule dans la merde. Confucius a dit : « Si un Etat est gouverné par la raison, la pauvreté et la misère sont honteuses ; si ce n’est pas la raison qui gouverne, les richesses et les honneurs sont honteux. » Des individus comme moi ne souhaitent pas être considérés comme appartenant à la société que l’on nous impose, je ne me suis jamais associé à cette connerie, j’ai toujours été en rupture de banc avec l’ordre établi. Je ne me suis jamais couché devant l’État ou la secte catholique. Je ne suis pas en accord avec leurs grands principes. Je ne les aime pas parce qu’ils sont stupides et je me torche avec leurs institutions. Ils peuvent châtier mon corps mais mon esprit reste libre et indépendant. L’État ne s’adresse pas à la spiritualité de l’homme mais seulement à son corps et à ses sens. Nous ne sommes pas nés pour être contraints. Le fonctionnement social de la république est une horreur, les SDF continuent de crever, des gens fouillent les poubelles pour pouvoir bouffer, on interdit par décret d’envoyer les médicaments non utilisés à nos frères Africains, on expulse les sans-papier, à côté de ça on engraisse les banques et le capitalisme mafieux. Excusez-moi, c’est un pléonasme (capitaliste et mafieux). Si c’est ça la morale républicaine je lui vomis à la gueule. En prison tu regardes par la fenêtre et tu mesures le temps qu’il te reste à purger. Dehors, dedans, on est tous morts. Dans les prisons françaises on viole et on torture au son de la Marseillaise, au nom de ta culture. La ministre de la justice (Dati en 2008), n’en n’a rien à battre. Elle entasse la viande humaine et se désintéresse des conséquences. Plus de 120 suicides en 2009 dans les prisons de l’Hexagone. Pendant ce temps là madame la ministre se bâfre au Fouquet’s avec les gens de sa condition. Le peuple est ignorant c’est pour cela qu’il est malléable et corvéable. Un Sarkozy parle de faire évoluer la société, il veut faire croire que sa seule expérience, son seul discernement sont la solution à toutes les équations. Non seulement ce mec n’a aucun raisonnement mais en plus on ne lui a rien demandé. Même la machinerie de son propre gouvernement le dépasse. Ce type légifère 24 heures sur 24, d’un seul coup d’œil il trouve la solution instantanée. C’est un cas clinique, on devrait le disséquer, faire des expériences, la connerie à ce niveau c’est du grand art. Je n’ai jamais voté et j’assume. Depuis mon plus jeune âge j’ai senti l’escroquerie, le piège à cons. Les politiques, les législateurs parlent du libre échange mais ils ne le pratiquent pas, ils parlent de la liberté mais la société qu’ils nous proposent est une prison. Ils n’ont aucun génie, aucun talent, ils dirigent et ils exploitent c’est tout. Ils ont l’esprit verbeux, ce sont des bonimenteurs. La monarchie constitutionnelle ou la monarchie tout court c’est la même merde. Il est inutile d’aller voter pour cette mascarade. Les dés sont pipés, les élections sont truquées, même au sein des partis (Aubry, PS en 2009). Le respect de l’individu n’existe pas. Ma conviction est la suivante : « Les politiques sont des nuisibles et des prédateurs, les capitalistes des assassins. » Certains s’attardent sur la démonstration théorique de l’existence de Dieu. Ils parlent de Dieu comme un fait universellement accepté. Ils sont intarissables sur le sujet ; pour la misère humaine ils sont beaucoup plus réservés. Avant Galilée et Copernic tout le monde avait cru que le soleil tournait autour de la terre. Le mal est réparé si j’ose dire. L’universalité d’une croyance serait contre toute logique, une preuve suffisante et irrécusable. C’est ce qu’affirme le pape anticapote dans son délire religieux. Au bout du chemin de la connerie, l’esclavage demeure. L’esclavage c’est l’exploitation du travail forcé des masses pour le bénéfice d’une minorité dominante. L’oppression du peuple par l’État depuis la nuit des temps. Les politiques comme les religieux sont des persécuteurs. Sarkozy a l’instinct animal, il ne possède pas la lumière de l’esprit, il est plus proche de la bête, ce qui explique ses divagations et son comportement. Il marche les yeux bandés à la conquête de ses chimères. Il ne peut pas s’émanciper, il n’en n’a pas le moyens psychiques. La seul chose que l’on peut constater chez cet individu c’est son déséquilibre et son absurdité. Il n’a aucune profondeur, c’est un malade à qui on a confié les clefs d’un pouvoir qui se veut aujourd’hui arbitraire. Tout en lui est stérile. L’outil démocratique (le vote) rend le peuple responsable à 53%. C’est la preuve mathématique que la démocratie est un rêve inaccessible, une carotte pour faire avancer l’âne.